Ma bonne étoile

ventre-rondJ’ai eu de la chance, je remercie ma bonne étoile.

Quand nous avons voulu avoir notre premier enfant, nous n’avons pas trop attendu, seulement 7 mois. Tout s’est bien passé, une belle grossesse, un accouchement moyen mais dans l’ensemble c’était parfait.
Dix-huit mois plus tard nous avons voulu un autre enfant, 3 mois après j’étais enceinte de Zébulonne. Une grossesse parfaite et un super accouchement.
Je n’ai pas eu à me plaindre au niveau des mes grossesses : quasiment pas de nausées, aucun gros problème et le must, seulement 9 kilos en tout et pour tout, j’ai retrouvé ma ligne tout de suite. Des bébés adorables en bonne santé

Bref, je suis une chanceuse ! Cette chance je la reconnais d’autant plus qu’autour de moi il y a eu l’attente, la déception, la douleur, les opérations, les pleurs, les angoisses…

Elles, mes amies, mes sœurs, mes confidentes ont dû subir, ont dû accepter… des fausses couches, des grossesses extra-utérines, de multiples FIV. Et puis il y a aussi ces petits bébés qui viennent trop tôt…

J’ai eu mal à chaque fois, j’avais le cœur pincé à chaque fois que l’on m’annonçait un échec. Moi qui avais eu la chance d’avoir mes deux filles si facilement, j’en avais presque honte.

Quand on devient mère on est tellement envahie d’amour et de bonheur que le fait que nos amis n’y arrivent pas nous rend désespérément malheureux. Ils ne peuvent pas partager notre joie et nous ne pouvons pas leur exposer la notre.
Quand on devient parent tout prend une autre ampleur et l’on peut s’imaginer la souffrance que peuvent ressentir ces couples dans le désir d’enfant.

Finalement c’est aussi se rendre compte qu’on est passé à côté des mailles du filet.
Est-ce que ma bonne étoile sera toujours là pour un troisième enfant ?

3 réflexions sur “Ma bonne étoile

  1. Tous ces moments difficiles on finit par les oublier qd on voit nos bibous en pleine forme…
    Un troisieme ….ah ca fait envie!

  2. je te remercie pour ce billet. on ne se connaît pas mais moi j’ai eu mon bébé après 2 ans et demi, FC et parcours PMA (et encore, pas un traitement trop lourd). Autour de moi, à cette période, toutes mes amies tombaient enceintes les unes après les autres, certaines ont même eu 2 enfants en 20 mois. Certaines n’ont pas été aussi compréhensives que toi, me balançaient leur bonheur à la figure sans prendre de gants, (certaines enceintes le 1er mois d’essai) se plaignaient de leurs nausées et des petits maux de la grossesse devant moi… à part quelques exceptions, je n’ai pas ressenti de compassion, elles étaient tellement sur leur nuage, alors je me suis enfermée dans ma douleur et je ne les voyais plus beaucoup. Heureusement, inscrite sur un forum de filles dans le même cas, on s’est soutenu, j’ai pu trouver une écoute. On ne peut comprendre les affres d’un parcours difficile pour être maman tant qu’on ne le vit pas mais si l’entourage est au moins dans l’empathie, c’est toujours ça… ça laisse des traces, mes amitiés ne sont plus tout à fait aussi chouettes avec celles qui ont manqué de tact et ne m’ont pas entourée lors de mes fausses couches notamment. Même si parfois on ne sait pas quoi dire à des femmes qui subissent un parcours PMA, il faut essayer de ne pas blesser davantage avec des phrases comme « c’est dans la tête, tu y penses trop… »…

Un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s