Le lâcher prise avec elles

image

Août a pointé le bout de son nez et les vacances avec mes filles ont commencé !

2 semaines quasiment 100% avec elles … 2 semaines en tête à tête.
J’avoue ne pas être très fan de l’exercice car j’ai toujours peur de me sentir mal, de me sentir seule (adulte).

Cette année c’est à nouveau en grande partie solo et mon plus gros problème c’est le lâcher prise ! Impossible de me poser tranquillement sans que ça tourne dans ma petite tête. Comme si je ne pouvais pas baisser ma garde de peur de me faire avoir ? De quoi ? Par qui ? Je ne sais même pas ! A cela s’ajoute le stress du boulot qui ne part pas et tous les petits aléas de la vie qui empêchent de tourner en rond.

Après je me rends bien compte que je me complique la tâche ! Séjourner dans un club famille me renvoie immanquablement à mon échec familial. Alors je m’occupe. Les filles vont au club un petit peu pour se faire des copines et moi je marche, je nage, je lie, je joue aux jeux du club (oui oui moi !) Quand je suis avec les filles, je joue, je câline tendrement et je leur parle beaucoup.

Je sais que je dois profiter d’elles car dans une semaine elles ne seront plus avec moi et je ne pourrais plus les sentir, les toucher et les câliner.

Alors stop ! Assez !!

Mon leitmotive pour les jours à venir :  » Pense à toi, pense à elles et arrête de réfléchir. Tout est là devant toi ! « .

Bonnes vacances à tous !

Changer de job !

partir

Je l’ai tant voulu ce changement ! Dans 1 mois et demi je serai face à l’inconnu. J’adore ce que je fais et les gens avec qui je travaille mais je sais que je ne pouvais plus évoluer dans mon poste et que ce n’est pas à 36 ans qu’on stoppe son évolution professionnelle. Alors il était temps de partir.

Plus qu’un changement c’est un réel challenge professionnelle et personnel. Se mettre en danger pour avancer et évoluer, sortir de sa zone de confort.

Mais aujourd’hui, je compte les jours et je commence à me dire que mes collègues vont sacrément me manquer ! Je suis une grande sentimentale et surtout je ne sais pas cacher mes émotions. On passe le plus clair de notre temps au travail avec nos collègues et je m’étais habituée à mon petit confort.

Après 9 ans, je connais les habitudes et les humeurs de beaucoup d’entre eux. Je sais vers qui me tourner quand j’ai un souci technique avec mon ordi, quand je veux prendre un café, quand je veux me marrer, quand je veux papoter, quand je veux trouver une info…. Je me suis attachée à eux. Je ne conçois pas travailler et ne pas créer d’amitié. Je suis une fille entière, trop peut-être (on me le dit souvent) !

Certains de mes collègues sont devenus des amis et je vais les quitter. On se dit qu’on se reverra mais je sais bien ce que cela veut dire !

Puis par-dessus tout je sais ce que je quitte mais je ne sais pas où je vais … Comment vais-je être accueillie ? Comment fonctionnent-ils ? Vont-ils m’apprécier ?

Je sais qu’il y aura une période d’adaptation pendant laquelle je vais douter …. Ai-je fait le bon choix ?

Dans tous les cas c’est un choix mûrement réfléchi. C’était ça ou ne plus évoluer et rester bien au chaud dans le cocon de ma boîte. Pour moi mais aussi pour mes filles je me dois de me bouger et de prendre confiance en moi.

C’est parti pour une nouvelle aventure qui j’espère va me tirer vers le haut !

Des moments de qualité avec elles

Elles_Moi

Je vis avec mes filles une semaine sur deux. Quand elles sont avec moi, je suis à fond, j’enchaîne les repas, devoirs, lessives, corvées ménagères… Et finalement j’ai la tête dans le guidon et je suis là sans être là.

La Sauterelle depuis peu est devenue très secrète, elle n’ose pas me confier ses secrets, ses peurs, ses angoisses. Peut-être ne suis-je pas assez présente ?

J’ai donc décidé de créer des moments de rapprochement avec elles pour bâtir une relation de confiance. Tant-pis si on ne se douche pas le vendredi soir ou si je ne fais pas tourner ma lessive et que le bac à linge déborde. Ma priorité c’est elles.

J’ai commencé l’expérience avec La Sauterelle la semaine dernière. Comme elles étaient en vacances j’ai décidé de les lever plus tard et de récupérer mes heures sur ma pause repas. On a pu déjeuner tranquillement les brioches que l’on avait fait ensemble et discuter de la journée à venir.

IMG_0353

Mercredi j’ai passé l’après-midi avec ma grande. C’était après-midi shopping avec maman. Elle a fait la grande dans la cabine d’essayage et a choisi un vernis très girly (le vernis c’est permis pendant les vacances). Dimanche nous avons fait une sortie spéciale Halloween toutes les deux, nous avons eu peur et nous avons bien rigolé.

Dimanche soir, dans la voiture elle a laissé tomber son masque et m’a dit qu’elle m’aimait. Que j’étais la meilleure des mamans ! ❤ Mon petit cœur…

J’ai besoin que mes filles sachent qu’elles peuvent compter sur moi, elles auront plus tendance à me parler de leur problèmes si j’ai un lien solide avec elles.

Jamais, je n’organise ou accepte de soirée quand c’est mon week-end avec elles, je suis là pour elles. Et finalement, elles me le rendent bien.

Sans elles, le vide

IMG_8979Je viens de rentrer de vacances, plus de deux semaines avec mes filles 24h/24h, le bonheur absolu.
Elles sont parties avec leur père, j’ai retenu mes larmes, j’ai souri, un dernier bisou comme si c’était la dernière fois.

Je viens de rentrer et mon appartement est vide, mon frigo est vide, mon cœur est vide !
Je vais avoir 5 jours pour moi… mais le cœur n’y est pas.
Plus de bisous collants le matin,
plus de câlins le soir,
plus d’éclats de rires,
plus de secrets chuchotés au creux de mon oreille,
plus de petites voix qui m’appellent…

Tout ces moments passés sans elles. J’ai l’impression de rater quelque chose, comme si je passais à côté de tout, à côté d’elles.

Je me sens vide et en colère.