Parce qu’il ne reviendra pas

Enfamille-85

Copyright : Eugenie Hennebicq

Bientôt deux ans que je suis séparée, deux ans que nous vivons toutes les trois, deux ans que je les « partage » avec leur père. Malgré la douleur, la vie a repris son rythme, nous avons recréé notre cocon et notre nouveau quotidien sans lui.

Et puis, « celui qui me rend heureuse » est arrivé dans ma vie. Au début il n’était pas question de le présenter aux filles tant que je n’étais pas sûre de moi. Au bout de quelque temps, je les ai informé que j’avais rencontré un homme qui me rendait heureuse mais que pour le moment nous partagions des moments tous les deux et que je leur présenterai quand je me sentirai prête. Après 4 mois, la Sauterelle me posait beaucoup de questions sur la personne qui me laissait des post-it cœur sur mon bureau, nous avons donc décidé de franchir le pas.

La rencontre s’est très bien passée. Nous avons peu à peu partagé de plus en plus de moments ensemble jusqu’à partager un « petit quotidien » même si ça ne l’est pas. « Celui qui me rend heureuse » a passé trois jours de vacances avec nous cet été et nous avions hâte de nous retrouver à la rentrée réunis.

Malgré tout cela, malgré la complicité qu’elles ont pu créer avec « celui qui me rend heureuse », Zébulonne m’a demandé un soir quand est-ce que papa revenait.

J’avoue que je n’ai pas trop su quoi dire à part, « jamais ma chérie ». Comment briser le rêve d’une petite fille de 5 ans en 30 secondes.

Chaque enfant et chaque adulte de parents divorcés rêvent de retrouvailles et d’être à nouveau réunis en famille. Un jour, La Sauterelle m’a justement dit que je ne pouvais pas savoir ce qu’elle pouvait ressentir, que moi j’avais de la chance car mes parents étaient encore ensemble. Elle avait tellement raison ! Nous avons explosé impunément leur rêve de famille unie, nous avons détruit leur équilibre et leurs repères.

Non je ne sais pas ce que c’est d’avoir des parents divorcés ma chérie… Mais je sais la peine que c’est de voir se briser le doux rêve de mes filles.

Sans elles

 

image

J’ai serré leurs petits doigts, j’ai senti le creux de leur coup, j’ai embrassé leurs petites joues et je les ai laissé partir.

J’ai regardé la voiture s’éloigner et quand je ne l’ai plus vu, j’ai pleuré.

Je pense que je ne m’y habituerai jamais. Quand mes filles partent pendant les vacances avec leur père, j’ai l’impression qu’on m’enlève une partie de moi que je ne suis plus entière. Il manque quelque chose à mon équilibre.

Je sais que deux semaines ça passe vite, je sais que cette période sans elles va me permettre de me reposer et de retourner au travail en forme. Mais c’est toujours la même chose…. On le sait mais ça fait mal.

Enregistrer

Enregistrer

Mon portrait de famille

Voilà maintenant plus d’un an que je suis maman « solo », plus d’un an que j’ai appris à vivre seule avec elles et prendre des décisions seule.
Au début, l’image de cette mère « solo » me dérangeait car je ne rentrais plus dans le moule… Puis je m’y suis faite et je peux vous dire que je suis fière de moi maintenant !
Alors il était temps d’immortaliser cette nouvelle vie, et de faire de belles photos de famille.

Pour l’occasion, j’ai fait appel à Eugénie car j’apprécie vraiment son travail et j’ai tout de suite accroché avec ce petit brin de femme toute douce aux yeux malicieux !

Faire des photos de ce nouveau genre de famille, sans papa ou sans maman.
Pour m’inspirer j’ai fait des recherches sur le web et je n’ai trouvé que de belles et merveilleuses photos de familles heureuses (papa + maman + les enfants).
La famille monoparentale n’est-elle pas heureuse ?

Et bien SI !!!

Eugénie a immortalisé cette joie et ce bonheur de MA famille.
Je vous laisse apprécier son travail !

Enfamille-83Enfamille-22 Enfamille-05 Enfamille-16 Enfamille-29 Enfamille-34 Enfamille-38 Enfamille-51 Enfamille-53 Enfamille-57 Enfamille-68  Enfamille-73

Enfamille-72
Enfamille-85

Un GRAND merci à toi Eugénie pour ta patience, ta douceur et ta sensibilité… Zébulonne et la Sauterelle t’invitent pour le thé 😉

Je ne peux que vous recommander cette photographe !


 

Eugènie Hennebicq

grenoble annecy lyon - eugenie hennebicq photographe mariage famille nouveau né elopement

Travaille principalement dans la région Rhône-Alpes et en Suisse mais se déplace aussi dans toute la France.

En apnée

© 2007 CC BY / Jean-Marc Kuffer

© 2007 CC BY / Jean-Marc Kuffer

Un truc cloche, un truc ne va pas, c’est tout serré dans ma poitrine… longue inspiration… je respire !

Les mains dans ma vaisselle, ce soir,  je me suis rendue compte que j’étais littéralement en apnée. Absorbée par des pensées douloureuses, j’avais carrément arrêté de respirer.

Tel un apnéiste, j’ai retenu mon souffle pendant de longues secondes. Comme si le fait de ne plus respirer amenuisait ma peine.
Tel un enfant qui fait un caprice, j’ai retenu mon souffle de colère pour ne pas pleurer.
Telle une personne qui fait une grosse chute, mon souffle a été coupé par la douleur.

Inconsciemment, je me suis mise en pause.