Ma toute petite grande (8 ans)

8ans

8 ans dans quelques heures, je le sens bien qu’elle devient une grande ma petite chérie.

Depuis son entrée en élémentaire je trouve que tout va très vite. Elle a des comportements de petite adolescente. Elle me répond « sérieux M’man ? », elle coiffe ses cheveux avec minutie, elle choisit ses vêtements en fonction de la météo du jour, elle dit à sa soeur « laisse je vais le faire »… je le vois bien ce changement. D’autant plus que je ne l’ai qu’une semaine sur deux. A chaque fois que je la retrouve, j’ai l’impression que des mois se sont passés.

« Tu grandis vite, trop vite. »

Tellement mûre mais si fragile en même temps. Elle panique quand elle n’y arrive pas, perd ses moyens. Elle veut des câlins, plus de câlins. Elle dort encore avec ses doudous.

De petite fille, elle se prépare à devenir une pré-adolescente, nous vivons une réelle période de transition. Les larmes et les colères lui viennent facilement, elle a du mal à maîtriser ses émotions.

Elle n’aime pas quand je suis triste et me prend dans ses bras pour me rassurer. Je lui dis que tout va bien… qu’elle n’a rien à craindre. J’aimerai qu’elle reste encore une petite fille et pouvoir la protéger encore longtemps.

« Je viens de t’embrasser sur le front et de remonter ta couverture, tu dors profondément.
Demain tu auras 8 ans mon coeur et je te promets que tu pourras t’asseoir prés de moi pour souffler tes bougies comme tu me l’as demandé. 
Joyeux anniversaire ma Sauterelle ! Je t’aime. »

Mes cheveux et moi, une grande histoire d’amour

mamanblog-cheveux

Aujourd’hui je vous parle de la propreté de mes cheveux ! Ça fait un peu la fille mégalo, mais je pense que je ne suis pas la seule dans ce cas là, donc je partage.

Depuis très longtemps, tellement longtemps que je ne m’en souviens plus, je me lave les cheveux tous les matins. Oui, oui vous avez bien entendu, TOUS LES MATINS ! Comme s’exclament la plupart des gens à qui je le dis.

J’ai toujours admiré ces femmes qui ont le cheveu nickel même après une semaine sans lavage. Vous imaginez bien que je ne pourrais pas faire Ko – Lanta et partir un mois sans avoir la possibilité de me laver ma tignasse 🙂 !

Il y avait pourtant des contraintes, je perdais un temps fou tous les matins (au moins 20 bonnes minutes), je m’âbimais le cuire chevelu. J’étais rentrée dans une spirale infernale, plus je les lavais, plus ils régressaient vite…

Après de multiples recherche sur internet et sur les blogs beauté et de multiple discussions avec certaines de mes amies, j’ai décidé de passer à l’attaque… NE PLUS ME LAVER LES CHEVEUX TOUS LES JOURS.
Alors oui, je n’ai pas arrêté du jour au lendemain mais depuis 1 mois, je ne me lave les cheveux que 3 fois par semaine au lieu de 7 !!! Une victoire pour moi. Mon rythme : lundi, mardi, vendredi ! J’avoue que du vendredi au lundi matin ça me démange, mais je résiste. Souvent j’attache mes cheveux avec un petit chignon quand je les trouve trop sales.

Pour pallier à l’envie de me shampouiner frénétiquement, j’ai opté pour l’utilisation d’un shampoing sec que j’utilise quand j’en peux plus. C’est une révélation !! Une fois par semaine, généralement le dimanche matin, je vaporise ce produit sur mes cheveux, je frotte mon crâne, je brosse…. mes cheveux ont un volume de fou et surtout ils ne brillent plus, dingue !

kloran-shampooing-sec
Depuis, je gagne un temps fou le matin et j’ai l’impression que mes cheveux sont beaucoup plus forts et épais. Je pensais qu’ils étaient sales mais c’était dans ma tête…

Allez dites-moi que je ne suis pas la seule ! Donnez-moi vos combines pour les garder propres plus longtemps.

Belle fin de semaine….

37

37ans

Aujourd’hui c’est mon anniversaire et c’est toujours une journée un peu bilan. Je me retourne pour regarder le chemin parcouru et mon évolution durant cette année.

Une année de changement où j’ai enfin décidé de tirer définitivement un trait sur le passé et ne plus me faire du mal. J’ai aussi tiré un trait sur certaines amitiés qui finalement après mure réflexion n’étaient que malintentionnées.

Et je me suis ouverte au bonheur. Ou plutôt c’est le bonheur qui est venu me chercher alors que je ne l’attendait pas. Mon bonheur fait 1m84, est brun avec les yeux verts et il a des bras immenses pour me protéger. Le bonheur m’a épaulé quand j’ai décidé de changer de travail, m’a écouté et rassuré quand je doutais. Le bonheur fait aussi le bonheur de mes filles qui retrouvent enfin une maman heureuse et souriante.

Je me retourne et je me rends compte qu’à 37 ans tout est possible ! Changer de travail, s’assumer, trouver l’amour… What else ?

Ce corps qui est le mien

©Jack_trebor

©Jack_trebor

Le corps, vaste sujet si complexe ! Je vous rassure je pense être comme beaucoup d’entre vous à m’observer dans la glace, me trouver trop flasque, trop molle, pas assez musclée… et porter un regard dure sur moi. Et ce depuis de nombreuses années.

Mon enfance et mon adolescence bien rondes ont laissé des traces ! J’étais la copine « enrobée » avec qui on joue mais qu’on n’invite pas aux anniversaires … La copine marrante qui fait rire tout le monde ! Il fallait bien trouver des subterfuges pour plaire. Je vous passe aussi la période où j’ai travaillé au MacDo et où j’ai pris 10 bons kilos en 6 mois !! ( non non on ne vous fait pas manger du gras, « Venez comme vous êtes et vous repartirez fat ») Que dire … J’ai jamais été à l’aise avec ce corps que je cachais sans cesse, chemises amples et tee-shirt larges.

Et puis comme toutes les jeunes filles j’ai flirté avec des garçons et j’ai perdu quelques kilos. Pas assez pour me sentir bien mais assez pour plaire.

Le réel changement je l’ai connu après la naissance de ma fille. Je pense que j’ai lâché un peu la nourriture et me suis concentrée sur cette petite chose merveilleuse que j’avais fait ! Je n’ai même jamais été aussi mince. J’ai fait beaucoup de sport encouragée par des collègues sportives, j’ai aimé et apprécié ce changement. J’ai aimé me regarder dans la glace même si je n’étais toujours pas satisfaite, me trouvant encore un peu « grosse » (complètement faux) mais quand la tête veut pas … On ne peut rien y faire.
Puis j’ai été enceinte de Zébulonne et j’ai aussi vite repris la ligne… Depuis je maintiens mon poids mais je n’arrive pas à être en accord avec moi-même… Je fais attention à ne plus monter tous les jours sur cette salope de balance et essayer de m’écouter ! Manger bien (enfin essayer), faire du sport et surtout être heureuse !

Je ne sais pas si un jour j’arriverai à lâcher et m’aimer vraiment. En tout cas, à bientôt 40 ans je commence à m’apprécier (mieux vaut tard que jamais !).

Et vous ? Comment vous vous trouvez ?