le deuxième c’est pas pareil

Ma grand-mère dit : « Avec le premier enfant, on brode ; avec le second, on coud ; avec le troisième, on surfile. »

C’est tellement vrai. Je ne parle pas de l’amour que l’on porte à ses enfants mais la façon d’être parents. Avec La Sauterelle, je me rappelle la sortie de la maternité en mode panique. Je calculais ce qu’elle mangeait au gramme près, je comptais les cacas, les pipis, je me torturais l’esprit quand elle pleurait… Bref j’étais MEGA SUPER angoissée.

Avec Zébulonne s’est complètement différent. J’ai vécu un super accouchement sans stress, je l’ai laissé prendre son rythme, je n’ai pas imposé de règle (tétées ou biberons) j’ai laissé pleurer (dans mes bras). J’ai l’impression d’avoir acquis une grande confiance en moi et surtout de la sérénité.
Et je remarque que mon comportement a un impact sur ma Zébulonne qui est beaucoup plus cool que La Sauterelle. Elle est patiente, calme !

Je trouve que l’on ne nous prépare pas assez avant d’avoir notre premier enfant. Quand ce petit être débarque dans notre vie on est carrément à mille lieues de se douter de ce qui va nous arriver en sortant de la maternité.

Bref tout ça pour dire qu’avec le « deuze » c’est quand même le pied, on profite pleinement de son petit bébé sans se prendre la tête à savoir si il a fait caca ou si on lui essuie les yeux avec du sérum phy ou de l’eau…

Deuxième grossesse, c’est différent

Je pensais que tout serait identique…. Et puis je me rends compte petit à petit que rien ne l’est.

Pour ma première grossesse j’ai hurlé de joie quand j’ai su que j’étais enceinte, j’avais précieusement préparé mon test de grossesse, mon cœur s’emballait quand j’attendais le résultat.
Je me regardais sans cesse dans le miroir pour observer le moindre changement, je me prenais 1 fois par semaine en photo. Je me touchais le ventre sans cesse, attentive au moindre mouvement et demandais à mon mari de poser sa main durant des heures sur mon ventre.
J’étais la pro des sites de grossesse, j’avais un compte sur chacun d’eux avec un calendrier personnalisé. Je comptais les semaines et je barrais sur mon calendrier chaque jour écoulait.
Je faisais attention à tout ce que je mangeais (viande saignante, poisson, fromage pasteurisé) mais aussi à ma prise de poids, j’avais même fait un suivi de poids dans un tableur Excel 🙂
La première échographie était un moment de joie intense, j’ai versé quelques larmes, je tremblait en sortant du cabinet, j’ai téléphoné à la terre entière pour annoncer la nouvelle. L’attente était insoutenable, je lui parlais sans cesse à ce bébé, je lui donnais des petits noms (mon chatons, ma poulette, ma crevette). Je réfléchissais des heures aux prénoms parcourant des dizaines de livres et sites web.

Pour cette deuxième grossesse, c’est quelque peu différent !

J’ai fait un test de grossesse rapido avant de partir au boulot, c’était positif, j’étais à la bourre, j’ai enfilé mes chaussures à toute vitesse et dévalé les escaliers… je n’ai contacté mon mari qu’en fin de journée. Aujourd’hui, je me rends juste compte que je commence à avoir du ventre (21ème semaine quand même) et que je ne rentre plus dans mes soutiens-gorges. J’ai fais ma première photo de profil la semaine dernière, à la demande de mon mari !! Je suis moins demandeuse auprès de mon mari pour qu’il me touche le ventre, je ne sais pas si il l’a déjà fait… Je ne vais plus sur les sites de suivi de grossesse, les semaines passent et je ne m’en rends pas compte. Je mange de la viande saignante et un peu de fromage non pasteurisé, je ne me pèse qu’une fois par mois. Pour la deuxième échographie on était content mais pas de larmes, pas de tremblements, pas de cris de joie dans la rue.

Pourtant je sais qu’il est là, blottit au fond de moi, je le sens bouger, vivre.

Et vous c’est comment ? c’était comment ?